Input your search keywords and press Enter.

ITIE : La société civile explique et sensibilise à Port-Gentil

La société civile gabonaise membre de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) a séjourné à Port-Gentil du 26 au 28 novembre dernier dans le but d’expliquer aux populations locales le retour du Gabon dans la norme ITIE  et de les appeler à participer à ce processus qui a pour vocation d’améliorer la bonne gouvernance et la transparence afin de favoriser le développement du Gabon.

Comme annoncé quelques jours avant le 23 novembre dernier, date du lancement de son plan de travail pour cette année 2021,  la société civile gabonaise membre de l’ITIE a entamé pendant trois jours des rencontres de sensibilisation avec les populations de Port-Gentil, une des villes extractives de notre pays. Il faut dire que le grand décalage observé entre les richesses issues des zones dites extractives et le niveau de pauvreté qui y sévit a toujours soulevé de nombreuses interrogations au sein de l’opinion. D’où cette démarche d’explications et de sensibilisation qu’elle entreprend de poursuivre dans toutes les localités d’exploitation minière et pétrolière de notre pays.

Dans la capitale économique, le point focal de la société civile, Georges Mpaga, s’adressant à Jacqueline Bignoumba, présidente de l’Union pétrolières des entreprises du Gabon (UPEGA), a sollicité la collaboration de tous les partenaires prenant part au processus ITIE dans notre pays. Il dira à cet effet : « Nous sommes venus vous rencontrer pour manifester notre volonté à travailler avec vous. Nous envisageons, avec sérénité, responsabilité à mettre à contribution toutes les énergies dans la collaboration pour l’intérêt du Gabon. Nous allons aussi sensibiliser les communautés afin qu’elles s’imprègnent et s’impliquent dans sa mise en œuvre de la norme ITIE ».

A l’endroit de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), Guy René Mombo Lembomba, membre chargé du pétrole se chargera d’expliquer l’ITIE aux riverains. « Nous sommes en campagne de sensibilisation pour mieux expliquer le principe de l’ITIE, sa valeur ajoutée. Nous devons tous nous mobiliser et nous sommes venus chercher votre accompagnement, votre appui et votre collaboration en partenariat pour que ces richesses profitent très largement au développement du pays… »

Siège de l’Onep à Port-Gentil

Le membre chargé de l’environnement, Yvon Martial Ntzantzi Miyagou, quant à lui, a adressé aux communautés un message pragmatique et totalement collé à la réalité. « Nous ne saurons développer notre pays si les populations qui vivent dans les zones extractives croupissent dans une précarité absolue. Nous avons des sociétés pétrolières et notre travail consiste à ce que cette manne puisse profiter à tous. Au regard de l’état de la route et de la précarité grandissante, l’ITIE vous permettra de connaitre où va l’argent du pétrole et celui des communautés. Nous sommes là pour lutter pour la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des richesses du pays… »

C’est autant de messages d’explication et de sensibilisation sur la norme ITIE  qui, à l’écoute des réactions positives des marigovéens semblent avoir atteint leur objectif. De l’Upega, en passant par l’Onep, jusque dans  les communautés, l’initiative entreprise par la société civile a été largement saluée. « Je suis ravie d’avoir assisté à cette campagne de sensibilisation sur la norme ITIE. C’est vrai qu’en une journée, je ne peux totalement savoir de quoi il est question. Ce que je retiens c’est qu’il s’agit de la bonne gouvernance, la transparence dans les industries extractives. Espérons vivement que nous allons arriver car les réalités que nous, population de la ville économique connaissons sont très loin de la transparence.  Cette initiative est donc une aubaine pour que nous puissions savoir où va réellement l’argent du pétrole », s’est réjouis le porte-parole de la communauté.

Nous espérons qu’au terme de ces différentes campagnes de sensibilisation, les populations des zones extractives auront bientôt une meilleure visibilité de la destination des fonds communautaires, par exemple.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.