Input your search keywords and press Enter.

Association culturelle fang du Moyen-Ogooué (Ekam’Ayong) : Janvier Ntoutoume désormais outillé !

Janver Ntoutoume, Président de l’association culturelle fang du Moyen-Ogooué « Ekam’Ayong ».

Après sa brillante élection lors d’une AG tenue à Lambaréné en fin août 2021, le président d’Ekam’Ayong (association culturelle rassemblant les Fang du Moyen-Ogooué) a convoqué et présidé une assemblée générale extraordinaire au siège de ladite association situé à Angondjé, dans la commune d’Akanda. A l’ordre du jour : l’examen et l’adoption des statuts de l’association ainsi que de son pendant qui est le règlement intérieur. C’était le samedi 12 mars 2022 dernier.

C’est à leur siège d’Angondjé que les membres d’Ekam’Ayong se sont donné rendez-vous pour examiner les nouveaux textes fondateurs qui vont désormais régir la vie de leur association. Deux commissions ont été mises en place : une pour l’examen des statuts et l’autre pour l’examen du règlement intérieur. Toute la matinée, jusqu’en début de soirée, les commissaires se sont mis au turbin avant de venir présenter le fruit de leur travail pour adoption en plénière.
Après amendement et adoption des textes, le président d’Ekam’Ayong est désormais outillé pour se mettre au travail. Et avec lui les membres de son bureau. A ce niveau, le chantier est immense pour cet homme attaché à sa tradition, mais également un intellectuel de haut vol. Avec l’ensemble des intelligences rassemblées au sein de cette association, il faudra bien manœuvrer, surtout en cette période où le pays va connaître des remous en politique.
Et des hommes politiques, Ekam’Ayong en a. A l’exemple du député de la commune de Lambaréné, Séraphin Akure Davain, ou de l’ancienne ministre Laétitia Diweckou. Il y en a d’autres, à l’image de Dieudonné Nang Eko, alias Daltry (qui vient d’adhérer au PDG) après avoir passé des moments difficiles lors des dernières locales suite à ses bricoles avec Denise Mekam’ne, le notable Guy Nang Bekale, un inconditionnel de Jean Ping, sans oublier le directeur de cabinet de Madeleine Berre, Cyrille Angoué, cadre du PDG à la rive droite de Lambaréné…
Si le président Janvier aime à rappeler que l’association culturelle dont il préside aux destinées défend les intérêts traditionnels et culturels fang du Moyen-Ogooué, nombre de ses membres lui rappellent que l’identité culturelle est liée à l’identité communautaire. C’est pourquoi il lui est demandé de se présenter auprès des autorités, non pas comme quelqu’un qui va quémander la gestion équitable des équilibres communautaires dans le Moyen-Ogooué dans un pays où le fait tribal a encore de beaux jours devant lui, mais comme interlocuteur qui demande le respect au nom de la préservation de la paix sociale.
En effet, il n’est pas normal que dans une ville de Lambaréné, par exemple, où les Fang représentent plus de 37 % de la population, les fils de cette communauté n’occupent que des postes subalternes : un maire d’arrondissement en la personne du secrétaire provincial du PDG, Ekomi Ndong Male, un vice-président du Conseil départemental de l’Ogooué et des lacs en la personne de Nadine Biveghe. Aucun directeur général sur le plan national, aucun ministre, aucun haut cadre du parti au pouvoir…alors qu’à l’opposé, la seule communauté galoa, qui représente 3 % de la population, dispose de deux ministres, Madeleine Rogombé, épse Berre, et Nicole Jeanine Lydie Roboty, épse Mbou, un maire central, Jean Justin Ngowemandji Maury, un président de l’Assemblée départementale, en la personne de notre consœur Yvette Retouano et, au sein du parti au pouvoir, un membre du comité permanent du bureau politique du PDG en la personne de Joël Ogouma… Le Gabon est l’un des rares pays au monde où la France permet que des minorités commandent et briment des majorités.
Janvier Ntoutoume aura donc à cœur, s’il veut réussir sa mission, en même temps de canaliser et de gérer les frustrations des membres de sa communauté, mais aussi avoir le courage de porter en haut lieu les préoccupations des siens. Déjà sur sa table et sur le plan social, le dossier Maurel & Prom qui pompe le pétrole au niveau des lacs du sud sur le site Onal qu’il pollue sans réaliser le moindre investissement à Lambaréné.
Bon vent, Monsieur le président !

GPA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.