Input your search keywords and press Enter.

Gabon : Un empoisonnement décime toute une famille à Port-Gentil

La ville de Port-Gentil, dans la province de l’Ogooué Maritime, s’est réveillée ce lundi 23 mars 2020 dans l’émotion et une totale confusion liées à la découverte des corps sans vie de quatre membres d’une même famille. Après plusieurs supputations et spéculations liant cette tragédie à la pandémie actuelle du Covid19, il en ressort que c’est un empoisonnement qui est responsable de ces morts.
Il n’en fallait pas plus pour que les habitants de la ville de Port-Gentil ajoutent de la psychose à la peur déjà bien établie. Celle d’attraper le Corona virus. Il faut d’ailleurs dire que les réseaux sociaux n’ont pas aidé à l’apaisement dans cette tragédie où l’on a retrouvé mortes dans une même pièce quatre personnes identifiées comme monsieur Tiomo Jean Jacques, 40 ans, sa femme, madame Tiouodjiou Juliette, 30 ans et leurs deux enfants, âgés de trois et un an, tous de nationalité camerounaise. Certains internautes, voulant faire dans le sensationnel et faisant fi de toutes les informations officielles sur l’évolution de l’infection au Covid 19, ont tout de suite lié ces décès à cette pandémie qui sévit dans le monde entier. Une insouciance qui n’a eu pour résultat que de plonger les Portgentillais dans la stupeur, tant à ce jour, aucun cas de contamination au Corona virus n’est encore officiellement déclaré dans cette ville.
Que s’est-il alors passé pour que la commune de Port-Gentil fasse la une des journaux au point de ravir la vedette, le temps d’une journée, à cette maladie qui concentre les attentions du monde entier en ce moment ? Selon des sources proches de la famille, tout serait parti d’une affaire d’une dette non payée. En effet, le frère de la femme de monsieur Tiomo, à qui ce dernier devait de l’argent avait décidé de recouvrir sa créance autrement. Et comme agent recouvreur, le poison. Et au final quatre morts dont deux enfants. Si nous nous ignorons encore le mode opératoire que le meurtrier a utilisé pour administrer le poison à toute famille, ni le montant de la dette, il convient de qualifier ce crime d’odieux. Car, quelle somme d’argent peut justifier la mort des êtres humains, surtout en cette période où la loi imposée par le Covid 19 semble être l’incertitude du lendemain et des jours à venir. Dans un contexte où tout le monde fuit la mort, la donner prématurément à autrui ne se justifie sous aucun prétexte. C’est dans esprit que nous espérons que la justice se penchera sur acte de criminalité dont Port-Gentil, comme le Gabon tout entier n’en avait nullement besoin en pareille période.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *