Input your search keywords and press Enter.

L’au-revoir de Carmen Ndaot à Ali Bongo…

Lors du dernier remaniement gouvernemental, les filles et fils à papa ont été remercié pour leur incompétence avérée. Il s’agit de Carmen Ndaot, Moustique pour les intimes, et Guy Maixent Mamiaka.

La première nommée est la fifille du président du PDS, Séraphin Ndaot Rembogo, actuel président du Conseil national de la démocratie (CND). Elle a eu le mérite de rapidement sécher ses larmes et prendre sa belle plume pour pondre ces quelques mots à son ancien bienfaiteur, le dictateur émergent, Ali Bongo Ondimba : « Le lundi 10 juin 2019 marque la fin de ma présence au sein du gouvernement de la République.
Nommée en août 2017, j’ai porté durant plus de 20 mois en continu, les politiques publiques de trois portefeuilles ministériels avec humilité, loyauté et abnégation sans ménager aucun effort.
Servir mon pays et ma patrie en tant que ministre demeurera sans aucun doute l’expérience la plus importante de ma vie.
Aussi, je voudrais saisir de nouveau cette occasion pour remercier très respectueusement et du plus profond du cœur le président de la République, chef de l’Etat, pour la confiance accordée depuis le 21 août 2017.
Je félicite mon successeur, Jean Marie Ogandaga, un homme d’expérience, pour sa nomination et lui souhaite de poursuivre avec réussite la mise en œuvre des actions prioritaires dans les secteurs de l’industrie et de l’entrepreneuriat.
À ceux et celles qui m’ont soutenue dans cette belle aventure, je vous dis merci et, comme on dit chez nous, ON EST ENSEMBLE. Vive la République ! Que Dieu bénisse le Gabon ! ». Pour Moustique, Julien Nkoghe Bekale et, avant lui, Emmanuel Issoze Ngondet, qui ont eu le mérite de la faire nommer dans différents gouvernements, n’ont pas trouvé grâce à ses yeux au point qu’ils ne méritent pas le moindre remerciement. Ingratitude, quand tu nous tiens !
Le fils de Ya Mboumb, lui n’a pas été viré. Mieux, il est même monté en grade. Le fils du bouvier de Moutassou, lui aussi, est resté. A croire que les larmes versées la semaine dernière par le petit Biendi ont payé. Il a désormais le temps de bien préparer son mariage, le coeur tranquille, avec la soeur d’Ali.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.