Input your search keywords and press Enter.

République du Moyen-Ogooué/Vie du PDG : La revanche du mollah Ogouma ?

En pleine crise du Covid-19, Nourredin a rebattu les cartes aussi bien au sein de la hiérarchie militaire que du commandement civil, notamment au sein des gouvernorats. A ce niveau, la République du Moyen-Ogooué constitue l’attraction. D’abord à cause du départ de la mémé Paulette Mengue-m’Owono, qui a dernièrement filé une claque à un « clandoman », mais aussi et surtout le retour en politique du mollah Ogouma, l’actuel Conseiller du chef de l’Etat.

Si nos informations sont exactes, les jours de Madame Madeleine Rogombé, épouse Berre, comme chef politique de la province du Moyen-Ogooué sont désormais comptés. Bientôt elle doit se livrer visiblement à un match retour contre sa victime d’hier, Joël Ogouma, fraîchement débarqué de son poste de gouverneur de la province du Woleu-Ntem et nommé Conseiller à la présidence de la République. Un match qui aura comme arbitre, cette fois, un certain Nourredin Bongo, très en colère contre Madeleine Berre.
Il semble que le rejeton de Ya Ali ne serait pas très content, alors là, pas du tout, de la manière dont Madeleine Berre et ses hommes fonctionnent du côté du Moyen-Ogooué, plus particulièrement à Lambaréné. D’ailleurs, sur un BR adressé au chef de l’Etat et dont nous avons capté copie, on peut clairement y lire : « Entre Denise Mekam’ne et Madeleine Berre, Denise ferait une bonne patronne politique de la province. Mais son handicap viendrait du fait qu’elle est ressortissante de Ndjolé, autrement dit, elle n’a aucune emprise au niveau du chef-lieu de province qu’est Lambaréné. Par contre, il est reproché à Madeleine Berre son arrogance, son indifférence envers les militants du PDG, son manque de vision politique et ses instincts tribalistes… Dans la ville, on raconte que le climat serait morose entre elle et son suppléant. Ainsi, il est plus que nécessaire de mettre cette dame en retrait et trouver une personnalité capable d’unifier les filles et fils du Moyen-Ogooué, plus particulièrement de Lambaréné, ville devenue aujourd’hui comme un bateau ivre, sans capitaine et où, même hors des affaires, Richard Auguste Onouviet exerce encore une forte influence et une très forte emprise… ». Nous étions encore en train de douter de l’authenticité de ce BR assassin lorsqu’une source très introduite à la présidence de la République nous annonçait les chamboulements que préparait Nourredin et l’idée de faire revenir Ogouma en politique au premier plan à Lambaréné. La suite nous la connaissons.
Désormais libre de renouer à nouveau avec la politique, le mollah Ogouma attend son heure pour rebondir à Lambaréné. Si notre source est fiable, il devrait d’ici là rencontrer au préalable, Rao, alors que dans le passé, il passait son temps à chercher à l’humilier. En effet, si le palais n’est pas trop chaud pour remettre Rao en orbite, Nourredin ne tient pas non plus, contrairement à son père, à se brouiller avec lui, au contraire…
Reste à savoir comment la galaxie Madeleine Berre va se débrouiller pour ralentir ou amortir le choc, ou même conjurer le sort afin que la vision du palais sur Ogouma tombe à l’eau. Au moment où d’aucuns demandent la chute du gouvernement Nkoghe Bekale, l’avenir politique de l’actuel ministre du Travail et de la Fonction publique pourrait s’écrire en pointillés au cas où pareille éventualité se réalisait en pleine lutte du Covid-19. Aussi, contrairement au match aller où Ogouma n’avait pas réussi à figurer dans un gouvernement, cette fois porrait être la bonne. Quant à Madeleine Berre, elle pourrait demander à son suppléant de lui libérer la place à l’Assemblée nationale.
Du coup, les anciens partisans du mollah se mettent déjà à rêver, caressant l’ambition de prendre leur revanche sur leurs bourreaux d’hier. D’ailleurs, à ce niveau, de nombreux PDGistes ne se cachent plus pour dire qu’entre Madeleine Berre et Ogouma, leur choix pencherait aveuglement vers Ogouma. Tic. Tac ! Tic. Tac !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.