Input your search keywords and press Enter.

RPG : le Secrétaire exécutif, Mvurambeley Ongala Lekogo, célèbre ses 30 ans de vie politique

Ne pouvant organiser une commémoration festive pour les raisons évidentes de la Covid-19, le secrétaire exécutif du Rassemblement Pour le Gabon (RPG), Mvurambeley Ongala Lekogo, a tenu à marquer, à l’occasion d’un point de presse qu’il a animé le samedi 27 juin 2020, au siège de ce parti, situé au quartier Petit Paris, ses 30 ans de vie politique au sein du RPG aux côtés de Paul Mba Abessole. C’était l’occasion pour ce cadre Rpgiste de magnifier la démarche et les actes posés par son parti depuis sa création en 1990, malgré les stigmatisations dont il a souvent été victime.

Mvurambeley Ongala Lekogo est de ceux-là que l’on qualifie souvent de fidèle parmi les fidèles. Ce natif d’Okondja, actuellement secrétaire exécutif du RPG, adhère à ce parti le 25 mai 1990, c’est dire dès sa création. Son militantisme dans l’opposition et son appartenance à la province du Haut-Ogooué, où est issue également la famille Bongo, au pouvoir depuis plus de 50 ans, lui ont pourtant valu des pressions, des menaces, des humiliations, des offres de cupidité en tout genre… Toutes ces tentations n’ont pas réussi à arracher ce cadre politique des côtés de son mentor Paul Mba Abessole, pour qui il a d’ailleurs exhorté les pouvoirs publics à lui rendre un hommage de son vivant, en construisant une maison de la culture baptisée en son nom.

Le secrétaire exécutif a également fustigé les stigmatisations dont sont victimes le RPG et son fondateur par ceux qu’il appelle les néo-opposants. Il s’étonne de ce que ceux-là qui ne se sont pas manifestés plus tôt, pour faire tomber le système BDG-PDG de dévalorisation, de dépravation, et de paupérisation des Gabonais, qu’ils ont pourtant contribué à bâtir, trouvent en RPG et Mba Abessole les responsables de la mal gouvernance du Gabon, et s’échinent à les isoler de la scène politique.

Raison pour laquelle cet ancien énarque s’est plu à rappeler la démarche de son parti, ainsi que les actes posés depuis sa création. Du côté de la démarche de son parti, il cite pèle mêle, la rupture avec la pensée unique, celle qui a prévalu de 1968 à 1990, donc le retour au multipartisme ; l’intégration de la société civile dans la pensée binaire opposition et majorité ; la rupture avec les idéologies égoïstes et égocentriques : moi pas les autres, nous pas les autres ; privilégier la méritocratie en lieu et place de la médiocratie actuelle…Quant aux actes, il s’agit, entre autres, du lancement des travaux de construction du bâtiment des droits de l’homme, suppression de la peine de mort ; création des médias écrits et audio-visuels, de la fête des cultures et des marchés modernes de Libreville ; l’accès gratuit aux préscolaires et dispensaires municipaux, construction des maisons familiales ; des centaines de jeunes gabonais engagés, sans compromettre les finances locales…

Autant de réalisations pour lesquelles Mvurambeley Ongala Lekogo se félicite d’y avoir apporté sa modeste pierre à l’édifice durant ces 30 dernières années. Alors vivement que les cadres de ce parti politiques trouvent les voies et moyens pour lui redonner la place qui était la sienne sur l’échiquier politique gabonais au sortir de la conférence nationale de 1990.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.