Input your search keywords and press Enter.

Vacance de pouvoir : Les élucubrations de Ike Ngouoni, porte-parole de la junte

Dans un entretien qu’il s’est offert dans les colonnes du confrère l’union (n°12909 du 03-12-2019), le porte parole de la junte Ike Ngouoni, inquiet pour son avenir professionnel et politique, a cru bon de venir raconter, comme une maitresse à une classe d’enfants, tout ce qui lui passait par la tête comme pour dire aux Gabonais que BOA va bien et travail tous les jours et que sous peu il sera là.

C’est le genre de simulacre qu’on ne retrouve que sous les tropiques. La parole du pouvoir n’est pas banale. Elle est réfléchie, murie et pesée au regard de l’environnement politique national et international. Elle engage un pouvoir, et donc un Etat, un pays, une Nation toute entière. Mais voilà un individu, porteur de la parole d’un président illégitime et sanguinaire, qui vient dire à l’opinion nationale et internationale que « chaque jour,  le président travaille, il tient des réunions quotidiennes avec ses collaborateurs au cours desquelles sont traitées les grands dossiers qui engagent le pays ». Du vrai n’importe quoi. Mais dans ce cas, pourquoi ne rentre-t-il pas et cela mettra un terme à tout ?

Que vaut finalement la parole de ce personnage ? Rien. En effet, c’est le même Ike Ngouoni qui était venu annoncer que BOA aurait une fatigue. C’est sous la pression des réseaux sociaux et des révélations de la presse occidentale, alors qu’un média camerounais avait même annoncé sa mort, qu’il était revenu dire que son mentor a une « fatigue sévère ». Celle-ci va se transformer, plus tard, dans ses propres termes, en « saignements » que BOA aurait eu, alors que tout le monde savait, grâce à la presse étrangère, que BOA avait fait un AVC dont à ce jour, les conséquences sont visibles et relèvent du miracle pour être surmontés totalement afin de lui permettre, un jour, de revenir au pouvoir pour continuer l’œuvre de pillage du Gabon avec son gang.

Si Ali va bien, pourquoi ne rentre-t-il pas au pays ?

Les vidéos amateurs et autres montages avec Photoshop dont ils sont curieusement devenus des experts, montrent que ce « petit-là » est dans un sale état et mérite des soins cliniques intensifs pour sortir de la zone rouge dans laquelle il est encore. La vidéo amateur montée où BOA est en compagnie du Roi du Maroc Mohamed VI montrait clairement son incapacité locutive et physique. La seconde vidéo montée pour le 31 décembre 2018, qui reste le discours historique le plus court de BOA depuis sa prise de pouvoir par la force en 2009, a confirmé les séquelles presqu’irrémédiables de l’AVC sur son organisme : œil droit, bras droit et reste du côté droit atteints sérieusement, ainsi que sa capacité à parler et ou à se tenir assis longtemps de façon stable. Des éléments qui indiquent, sans imagination, que l’homme n’est plus ce qu’il était.

Comment dans un tel état, Ike Ngouni peut-il avancer que BOA tient des réunions chaque jour, alors qu’il est sous traitement médical où il prend une bonne dose de médicaments (comprimés) pour soulager son système nerveux, suite à son opération et les autres maux dont il souffre ? A quel moment se repose-t-il ? Et de quels « grands dossiers » du pays un malade aussi amoché par l’AVC peut-il s’occuper « chaque jour » avec ses collaborateurs ?

En réalité cette opération de communication visait autre chose, à savoir annoncer le calendrier politique du clan altogévéen pour la conservation du pouvoir : mise en place du nouveau bureau de l’assemblée nationale et d’un nouveau gouvernement dans l’optique de préparer le terrain politique national et international au « successeur » de BOA. Il n’échappe à personne que le « plan »  de ce groupuscule de traitres de la République (haute trahison) et de faire durer le temps pour que soit BOA revienne, quelque soit le long temps d’absence qui n’est pas admissible dans un Etat droit où les institutions ne sont pas la propriété des individus, familles ou ethnies ; ou pour rendre visible un « dauphin » méconnu, voire impopulaire comme c’est le cas en RDC. Et dans ce dernier cas, ils annonceront la vacance quand ils seront prêts. Des manœuvres politiciennes et tribalistes qui trouveront en temps opportun le mur de blocage qu’il faut.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.