Input your search keywords and press Enter.

Victime du succès de sa tournée politique dans la Nyanga, Alexandre Barro Chambrier est appelé à improviser une causerie à Mimongo

Alors qu’il venait de boucler sa tournée politique dans la province de la Nyanga ce 9 août et qu’il poursuivait celle de l’Ogooué Lolo, Alexandre Barro Chambrier, qui passait une nuit en transit dans la ville de Mimongo a dû faire entorse à son programme initial, en cédant a la demande d’une causerie formulée par les populations locales.

Barro Chambrier et sa suite, en provenance de la province de la Nyanga et à destination de celle de l’Ogooué Lolo, ont dû passer la nuit dans la ville de Mimongo du fait de l’heure avancée, mais davantage à cause du piteux état de la route qui mène dans ce chef-lieu du département de l’Ogoulou. Fait marquant et non des moindre, une délégation d’autochtones informée le matin du mercredi 10 aout de la présence de Barro Chambrier dans leur ville, sollicitera de lui la tenue d’une causerie afin de s’enquérir eux aussi du message qu’il véhicule depuis plusieurs mois déjà à travers le Gabon profond. Le patron du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), n’y verra aucune objection, bien qu’ayant déjà bouclé ses rencontres citoyennes dans cette province de la Ngounié depuis juin dernier et devant poursuivre son périple dans la ville de Koulamoutou ce même jour. Il sera d’ailleurs lui-même le premier à être surpris de se retrouver une heure plus tard, dans une Salle des Jeunes de Mimongo archi-comble de monde venu s’enquérir de la substance de son discours.

Lequel discours portera sur l’état de délitement généralisé du pays depuis qu’Ali Bongo est arrivé au pouvoir en 2009 et aux ambitions politiques du RPM, avec en ligne de mire la présidentielle de 2023 à venir. « Le moment venu je vous dirai quel sera notre candidat mais vous pouvez déjà un peu deviner, si vous me soutenez parce que pour être candidat, il faut avoir le soutien du peuple. (…) Moi je dis que je ne peux pas être candidat si je n’ai pas votre soutien. Si je suis candidat, ça veut dire que je vais gagner car je ne serai pas un candidat pour amuser la galerie ou pour aller négocier par derrière », a précisé l’ancien ministre du pétrole à l’assistance, comme pour lever le voile sur son éventuelle participation à cette joute majeure qui se pointe à l’horizon.

Par ailleurs, les échanges ont également porté sur la crise qui entretient le flou entre le Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) et Rassemblement Héritage et Modernité (RHM). Une autre question voulait qu’ABC se prononce sur son projet pour la ville de Mimongo, si jamais, il était candidat et que les gabonais le portaient à la tête du Gabon. Autant de sujets que le natif d’Ossengue, en enseignant d’université qu’il est, répondra avec autant de pédagogie que nécessaire afin son discours soit accessible à tous mais surtout pour que les populations de Mimongo saisissent la pertinence du combat pour l’alternance au sommet de l’Etat qu’il mène en sillonnant le Gabon profond.

Au terme de ces échanges fructueux, les populations de Mimongo ont gratifié leur visiteur de plusieurs salves d’applaudissements après lui avoir promis leur soutien et remercié pour son passage inopiné dans leur commune que les gouvernants laissent dépérir chaque jour un peu plus.

Cette rencontre au pied levé avec les populations de Mimongo prouve, s’il en était encore besoin, que le discours du patriote en chef devient de plus en plus accrocheur au sein de la population gabonaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.