Input your search keywords and press Enter.

Banditisme d’Etat au Bongoland/Affaire TV+ Gabon : Un « voyou de la République » nommé Franck Nguema

Si ce délinquant est encore en liberté, c’est seulement parce qu’il est ministre de la République et dans les bonnes grâces de Sylvia. Franck Joseph Fernand ne cesse de faire parler de lui négativement. Alors que l’affaire de pédophilie qui accable son département ministériel est encore dans les couloirs de la justice, voilà que l’équipe nationale est empêtrée dans des affaires de primes et d’argent détournés. Et à TV+, l’homme a voulu opérer un braquage qui a mal tourné…

Selon nos sources, la tension est montée à Yaoundé après le match remporté par les Panthères contre l’équipe des Comores. Les joueurs soupçonnent leur propre ministre de tutelle de vouloir les niquer à la Capello. Selon le membre du gouvernement, une grande partie de la somme prévue pour payer les primes aurait été volée par un inconnu. Qui peut croire ça ?  Cette info a suscité une montée d’adrénaline chez les joueurs qui ont fini par chasser Franck Nguema des vestiaires. Reste à savoir si le Gabon sera à mesure de payer ces primes.

Parlant de banditisme, c’est le coup fumant que ce Franck Nguema a voulu opérer à TV+ en crachant sur la naïveté de ses propres parents qui nous intéresse aujourd’hui. En effet, il y a quelques jours une publication de la place révélait urbi et orbi que Franck Nguema avait acheté la majorité des parts de la société et devenait de fait actionnaire majoritaire de la chaîne, car disposant désormais de 90 % des parts. Vérification faite, il n’en est rien. Son cousin, Joseph Christopher Ondong Atomo, est jusqu’à présent l’actionnaire majoritaire. Des parts que Franck Joseph Fernand Nguema a voulu usurper malicieusement. Ainsi, selon nos sources, confirmées par la dernière parution d’Echos du Nord, le bandit Franck Joseph Fernand Nguema, ignorant ou faisant exprès d’ignorer que Joseph Ondong Atomo avait acquis la majorité des parts des autres actionnaires, a insulté leur âge en utilisant Aubain Patrick Nguema Ndong, son propre cousin, agent à la DGDI.

Franck Joseph Fernand Nguema sait qu’Aubin Patrick a la confiance de ses parents. Il commet ce dernier pour réunir les parents afin de se réconcilier et de remettre la sérénité dans la famille. Le domicile de sa tante Germaine Ada Obame a abrité cette réunion qui a eu lieu le 7 janvier dernier. Pour cela, il s’est comporté comme un vrai bandit de grands chemins. A Aubin, le ministre, qui n’entend pas lâcher prise concernant TV+,  a fait faire un tour à son bureau où il en est sorti avec la bagatelle de 10 millions qu’il s’empresse de remettre à main propre à Aubain en lui disant d’aller les remettre à ses parents non sans lui mettre dans la bouche le discours qu’il doit aller tenir et comment, de manière frauduleuse, il doit recueillir les signatures des pauvres vieux.

En bon cousin taillable et corvéable, Aubain fait le déplacement de chez ses oncles. A ces derniers, il tient ce discours : « Franck m’a envoyé chez vous pour vous demander de retirer la plainte au pénal contre lui et qu’il veut demander pardon à la famille pour pouvoir revenir ». Dans leur naïveté, les oncles de Franck et Aubain pensent que Franck est vraiment sincère. Surtout qu’à la suite de ses propos, Aubain ouvre le sac qu’il avait pour sortir les 10 millions enfermés dans une enveloppe kaki. Il explique ensuite que ces dix millions sont une petite avance sur la dette de plus de 2 milliards que Franck Joseph Fernand Nguema doit à TV+. Si Aubain prend le temps de compter les dix millions, liasse par liasse, billet par billet, il ne laissa pas, en revanche, le soin à ses oncles de lire les clauses du document qu’il leur brandit en leur demandant de le signer vite et tout de suite comme étant la preuve qu’ils ont reçu et encaissé l’argent.  « Il a sorti le document qu’il nous a fait signer », a expliqué le patriarche de la famille, Jean Mathieu Obiang Ndong. « Il ne nous a pas laissé le temps de le lire. C’est comme s’il voulait aller très vite. A aucun moment Aubin ne nous a parlé de vente d’actions, mais de signature d’un reçu sur l’avance encaissée de ce que Francky nous a pris dans l’entreprise ». Plus bandit que Franky, tu meurs !

A malin, malin et demi. Les oncles de Francky, qui ont encaissé le grisbi, au lieu de se le partager, vont le verser à TV+ dans la même journée, le reçu établi à cet effet faisant foi. Donc, Francky peut rester tranquille, son pognon n’a pas été bouffé. Il a bel et bien et versé dans les caisses de la télévision du futur. Mais il doit encore beaucoup. Nous sommes ici en face d’une affaire rocambolesque qui pue la préméditation à cent mille lieues, mais un coup tordu à la manière de Francky qui a bien été à l’école du PDG. Un vrai « voyou de la République » qui a désormais le sacre du « mauvais bandit » et tient le sceptre du « faussaire amateur de la République ».

Le jour où il commet son acte de tentative de duperie, Francky commet un huissier auprès du cabinet de l’avocat de Tv+ Gabon. Jour où il saisit « TV+ Gabon SA et ses actionnaires » pour les informer de son exploit. Pour couronner le tout, Aubin leur a demandé de signer une reconnaissance pour la réception de cette première avance. Or, entre la lettre d’excuses qu’il brandit et qu’il leur avait lue et la dernière page était insérée dans l’acte de vente des actions de TV+ ce qui peut se constater par le fait que sur chacune des pages qui évoque une cession aucun parent n’a apposé sa signature. Et l’entourloupe de Franck Nguema était accomplie. Sans états d’âme, il venait de flouer ses parents et d’abuser et de leur confiance et de leur faiblesse vu leurs âges. Sauf qu’il a oublié que pour ce genre de document, avant d’apposer sa signature, chaque signataire doit d’abord apposer son paraphe sur chaque page.

Là où Francky s’est fait avoir, c’est que le  3 octobre 2018, soit trois ans avant, Joseph Ondong Atomo avait anticipé les manipulations de son cousin et avait racheté les parts de ses oncles et tantes par devant notaire enregistré aux impôts et au tribunal au registre n° de répertoire 116/2018 des actes de cession des dénommés Jean Mathieu Obiang Ndong, Philomène Abeme Obame, Valentin Sima-Obame et Germaine Ada Obame, héritiers légaux de feue Angue Obame Suzanne « cédant leurs droits indivis portant sur les titres sociaux sur l’ensemble des actions et parts sociales dans le capital social des sociétés » dans lesquelles ils étaient actionnaires. Par cet acte, il était impossible que ces personnes, conscientes de cette cession librement consentie, aient pu concéder une autre cession pour les mêmes actions à Francky. Le jour où Franck Nguema notifia sa forfaiture et la publia dans les journaux, il venait de refermer son piège sur lui-même. Le jeune Joseph Atomo venait, sans même tirer un seul coup de feu, d’obtenir la chute de son cousin.

Le retour au pays après la Can sera certainement lourd pour cet individu dont la chute au gouvernement est désormais une affaire de semaines, sinon de jours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.