Input your search keywords and press Enter.

Education/Télé enseignement/Les inquiétudes de la Conasysed : « L’enseignement à distance au Gabon avec tous les manquements constatés et dénoncés est illusoire et discriminatoire »

Visiblement la Convention nationale des syndicats de l’éducation (Conasysed) n’est pas contente, alors pas du tout, de la volonté du gouvernement d’instituer les cours à distance pour les élèves en classe d’examen. C’est ce que fait savoir son porte-parole, Louis-Patrick Mombo.

Ayant été indigné par le message du proviseur du lycée Nelson Mandela qui indique ce qui suit : « Chers collègues enseignants, je vous suggère de faire vos interventions suivant les emplois du temps habituel des classe. Le respect de l’emploi du temps Permettrait à chacun de vous de savoir à quel moment et quel jour se connecter. 

Le Proviseur. Bonjour chers parents! Comme stipule le message transféré du proviseur les cours vont se poursuivre via WhatsApp selon l’emploi du temps de chaque classe. Ainsi en maths les élèves de la 5ème sont priés de se connecter de 7h30 à 9h15…  et de 9h30 à 11h15… pour suivre le cours de maths. »  Tels sont les messages reçus du Lycée Nelson Mandela par certains enseignants et enseignantes.

«  La Conasysed a récemment émis plusieurs réserves concernant le télé enseignement compte-tenu de tous les manquements constatés et  de  la  non prise en compte des propositions et préalables de la Conasysed. Lors des rencontres avec la tutelle du 1er et 03 avril 2020 sur  le  télé enseignement, il nous avait été dit que des enseignants ont été spécialement formés par l’Unesco dans les matières scientifiques pour dispenser ce type d’enseignement à distance. Dans les matières littéraires, l’IPN, était chargé de recenser les enseignants et de les former en matière de télé enseignement. Pourquoi alors demander aujourd’hui aux titulaires des classes de continuer à dispenser les cours conformément à leurs emplois du temps via les contacts WhatsApp des parents ? Finalement les codes xgest demandés à chaque élève pour recevoir les cours, n’ont plus été utiles ? Pourquoi utiliser les contacts des parents d’élèves pour dispenser les cours ? Au cas où un parent aurait plusieurs enfants qui doivent suivre les cours via WhatsApp à travers le téléphone du parent à la même heure, comment le parent va-t-il départager son téléphone pour permettre à chaque enfant de suivre le cours ? Y aurait-il des forfaits gratuits offerts à chaque parent pour permettre aux élèves de suivre les cours via le téléphone des parents ? Pourquoi l’Etat n’offre-t-il pas des téléphones smartphone à chaque élève ? Et pour les élèves qui ne disposent pas des téléphones smartphone ni leurs parents, comment font-ils pour suivre les cours ? N’est-ce pas une discrimination pour plusieurs élèves qui ne pourront pas suivre les cours parce que ni eux ni leurs parents ne disposent d’aucun téléphone smartphone, tout ceci en violation de l’article 3 de la loi 21/2011 portant orientation générale de l’éducation et de l’article 1er alinéa 18 de la Constitution de la République gabonaise ? Cette approche est-elle pédagogique et professionnelle en tenant compte de tous les manquements dénoncés par la Conasysed dans sa lettre ouverte aux enseignants du 14 avril 2020 ?  L’enseignement à distance au Gabon avec tous les manquements constatés et dénoncés est illusoire et discriminatoire. La seule alternative crédible, c’est la reprise des cours après le confinement général. Nous serons au moins certains que tous les élèves bénéficieront d’un enseignement.

Chers collègues, arrêtons d’encourager l’Etat gabonais dans l’illusion de ce qui semble être un enseignement à distance. Ne participons pas au génocide intellectuel perpétré depuis des années par nos autorités à l’endroit de nos enfants et de nos élèves. Pourquoi nos autorités ne peuvent-elles jamais s’amender en reconnaissant que le télé enseignement dans les conditions actuelles est illusoire et irréalisable ?

Chers Enseignants, Chers collègues, ne Soyons pas Complices des errements de nos autorités qui nous seront reprochés demain par nos enfants et nos élèves. Souvenons-nous que ce sont les mêmes autorités qui nous ont accusé à tort d’être à l’origine des modalités iniques d’attribution de bourse, soient 19 ans d’âge et 12 de moyenne au BAC, alors que ces modalités iniques d’attribution de bourse avaient été décidées lors de la task force sur l’éducation de 2018 sans la participation des syndicats d’enseignants. Faisons Attention chers collègues, Chers Enseignants. Pendant ce temps, où sont les vacations de 2018 et de 2019 dues aux enseignants ? Où sont nos rappels solde ? A quel niveau se trouve la régularisation de nos situations administratives (recrutements, intégrations, titularisations, avancements automatiques, reclassements après stage etc…) ? Le Lycée Mandela doit arrêter cette distraction.

Chers collègues, Chers Enseignants, attendons la reprise des cours pour reprendre les enseignements. Dans quels textes législatif et réglementaire gabonais parle-t-on de l’enseignement à distance ? » Louis Patrick Mombo, Secrétaire Général du SEENA.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.