Input your search keywords and press Enter.

Gabon/ affaire Wally Le Procureur aux trousses d’Alexis Ndouna ?

Alexis Ndouna en cavale. De nombreux gabonais doutent de la capacité de la justice du régime à l’attraper, à cause de ses puissants soutiens au sommet de l’Etat.

Mandat d’arrêt international émis contre Alexis Ndouna, inculpation de ses présumés complices Amanda Abiaghé, Adèle Aude Ngo Abiaghé, Roxane Rolline Nzé Nkoghe dont certains ont été placés sous mandat de dépôt. C’est par le biais d’un communiqué rendu public le mercredi 23 octobre 2019, que le Procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville, Olivier N’Zahou, a tenu à édifier l’opinion public sur les derniers développements de l’affaire mettant en cause Alexis Ndouna.

A cet effet, il a annoncé non seulement l’inculpation de plusieurs suspects, dont le présumé délinquant sexuel, mais aussi la délivrance d’un mandat d’arrêt international contre ce dernier qui serait en fuite et certains de ses complices ont été placés sous mandat de dépôt.
Le ministère public s’est saisi de l’affaire Wally qui fait grand bruit au Gabon, mettant en cause le nommé Alexis Ndouna, présenté à l’opinion comme le chef de file d’un réseau de proxénétisme et d’abus sexuels sur mineurs. C’est à une heure de grande écoute, que le Procureur de la République, maître des poursuites est apparu sur la chaîne de télévision nationale Gabon 1ère, le mercredi 23 octobre, pour porter à la connaissance de l’opinion que, conformément à certaines dispositions du nouveau Code de procédure pénal, plusieurs personnes en tête desquelles Alexis Ndouna ont été inculpées de proxénétisme, viol sur mineur de moins de 18 ans et mise en danger de la vie ou la santé d’autrui.
Selon Olivier N’Zahou, qui a instruit la section mœurs de la Direction de la sûreté urbaine de rechercher et interpeller les suspects dans cette affaire. Au terme des investigations, Alexis Ndouna, Amanda Abiaghé, Adèle Aude Ngo Abiaghé, Roxane Rolline Nzé Nkoghe et Laurice Azouadelly Andeme, ont été inculpés respectivement de « proxénétisme, viol sur mineur de moins de 18 ans et mise en danger de la vie ou la santé d’autrui ». Des infractions, rappelle le procureur, « prévues et punies par les dispositions des articles 26, 383, 401, 404, 405 et 407 du nouveau Code pénal gabonais ». Par ailleurs, le procureur a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire sur cette affaire qui met en lumière un réseau tentaculaire de proxénétisme de mineurs plus communément appelé « placement ». Dans le même élan, il a délivré un mandat d’arrêt international à l’encontre du dénommé Alexis Ndouna.
« Ainsi quel que soit le lieu où il se trouverait, les services d’Interpol sont saisis afin de nous ramener le nommer Alexis Ndouna, afin qu’il réponde de ses actes car force doit rester toujours à la loi », a martelé le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.