Input your search keywords and press Enter.

Quotidien pro-gouvernemental « l’Union » : La grève au bout de la plume

Les confrères qui exercent au quotidien pro-gouvernemental « l’Union » pourraient déposer leurs plumes le lundi 22 février 2021. Une affaire de primes rend le climat malsain depuis quelques jours là-bas. Les confrères devenus un peu bavards dénoncent l’expérimentation des méthodes d’un autre âge, notamment de l’époque coloniale, entretenues par le nouveau PCA, Eric Chesnel, Conseiller Spécial du Président de la République et Secrétaire général de l’Association France-Gabon…Nommé ambassadeur du Gabon auprès du Saint-Siège, ce nouveau diplomate n’est visiblement pas pressé de gagner son nouveau poste d’affectation.

Si nos sources sont exactes, ce vendredi 18 février, devrait se tenir à la Sonapresse (société éditrice de « l’Union »), la réunion de la dernière chance entre la direction (les blancs comme on dit là-bas) et les nègres (le personnel). Le personnel réclame les 23% des gratifications qui ont été fractionnés en décembre. Du côté de Multipress, là-bas aussi, ce n’est gère la joie. On nous indique  les cadres avaient été fractionnés de 40% leurs primes et 30% pour les autres agents. N’en pouvant plus, un préavis de grève va être déposé à la direction. Préavis qui aurait déjà expiré.

A écouter le personnel, ce qui irrite là-bas, ce sont les méthodes expéditives du nouveau PCA, le « colon » Eric Chesnel pourtant nommé dernièrement ambassadeur du Gabon auprès du Saint-Siège (Vatican) depuis le 22 janvier dernier, continu à faire subir au personnel de la Sonapresse, ses mesures impopulaires. Ce Conseiller Spécial du Président de la République Ali Bongo Ondimba et Secrétaire général de l’Association France-Gabon devra sortir le grand jeu vendredi pour que personne ne perde la face. Imaginez un seul instant que le quotidien pro-gouvernemental dont Ali Bongo est l’actionnaire majoritaire soit absent des kiosques lundi prochain pour des problèmes de primes ? Il vaut mieux éviter cela en s’adressant à l’actionnaire majoritaire.

Avant de gagner son affectation pour le Saint-Siège, Eric Chesnel gagnerait à laisser auprès de ses administrés de la Sonapresse, une image autre que celle qu’ils ont de lui en ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.