Input your search keywords and press Enter.

Eglise évangélique du Gabon/Paroisse des 9 étages de Libreville : Des bricoles pour le pasteur Jean Jacques Ndong Ekouaghe

De gauche vers la droite, le pasteur et homme d’affaire Jean Jacques Ndong Ekouaghe, le pasteur président Augustin Bouengone et son parrain l’ancien PM, le défunt Emmanuel Issoze Ngondet.

Nommé patron de la paroisse du Foyer protestant des 9 étages de Libreville après son mandat à la tête de l’Eglise évangélique du Gabon, par le Conseil national de l’Eglise évangélique du Gabon qui a à sa tête, son successeur, le pasteur président Augustin Bouengone, le pasteur Jean Jacques Ndong Ekouaghe bouderait sa paroisse depuis le mois de novembre. Le bureau du Conseil presbytéral n’avait d’autre choix que de demander sa tête au Conseil national qui a dit prendre acte. C’était lors d’une réunion tenue le mardi 30 mars 2020, à la paroisse de Baraka.

A la demande du bureau du Conseil presbytéral du Foyer protestant des 9 étages, une réunion entre cette structure et le bureau du Conseil national de l’Eglise évangélique du Gabon s’est tenu ce mardi en début d’après-midi à la paroisse de Baraka. A l’ordre du jour, l’éviction du pasteur, ancien président de l’Eglise évangélique du Gabon et actuel responsable de la paroisse du Foyer protestant des 9 étages le nommé Jean Jacques Ndong Ekouaghe.

Les membres du Conseil presbytéral ont préalablement dressé un réquisitoire solide dont nous avons reçu copie. Ainsi, devant les membres du bureau du Conseil national, notamment le pasteur président, ils constatent pour le déplorer, que depuis ses derniers bricoles avec la justice pour détournements avérés, Ndong Ekouaghe n’a jamais plus remis les pieds à la paroisse dont il est le premier responsable, laissant la lourde charge à ses adjoints tout en étant ordonnateur des dépenses… Le conseil apprendra lors de l’une de ses réunions que, suite à ses démêlés avec la justice, suite au scandale financier dans lequel il a versé, Ndong Ekouaghe aurait décidé derechef, de se mettre en jachère de la vie de la paroisse pour recueillement. Ses brebis seront laissées aux bons soins de ses adjoints dont les pasteurs Saturnin Alexandre Ndong Oke, Jean Prosper Mbeng Nguema et la vice-présidente du Conseil, l’ancienne de l’Eglise, Louisette Louembe.

Le saint réquisitoire assassin.

Mieux, du temps où il fréquentait encore cette terre sainte, Ndong Ekouaghe aurait favorisé « la régression inquiétante du niveau spirituel des paroissiens. Depuis son affectation dans notre paroisse, nous observons une désertion des fidèles », suite à des frustrations et autres règlements de compte…« lors des cultes, sessions et réunions », dénonce le Conseil presbytéral.

Sauf que le la goutte d’eau qui a fait déborder le vase date du 21 mars dernier. Ce jour-là : « les deux pasteurs nous présentent le programme détaillé de la fête de la Pâques, conçu unilatéralement et signé (de la sainte main) du pasteur en retrait (Ndong Ekouaghe). Il n’en fallait pas plus pour le Conseil presbytéral qui souverainement va brutalement invalider le programme imposé par Ndong Ekouaghe et joyeusement concocté le sien.

Il faut, et tous ceux qui passent par les 9 étages peuvent le constater, relever que ladite paroisse est en chantier depuis quelques années. Sauf qu’à peine installé comme pasteur responsable, Ndong Ekouaghe estimera que l’entreprise qui exécutait le chantier employait des simples « tâcherons du dimanche ». Il va donc l’évincer pour confier ledit chantier à une vraie PME qui a fait ses preuves dans la constructions des églises, des écoles et des presbytères au Gabon, notamment dans le milieu évangélique, la très célèbre société SOGICCO. Toutefois, le Conseil presbytéral note, que ladite société a pour patron, le patron de la paroisse lui-même, l’homme d’affaires et homme  de Dieu, Jean Jacques Ndong Ekouaghe. Que ce dernier fasse les affaires au sein de sa paroisse, là n’est pas le problème. Ce qui lui est reproché, c’est d’avoir attribué le chantier à sa boite sans appel d’offre comme cela s’est souvent fait là-bas. N’y a-t-il pas là, conflit d’intérêt entre l’ordonnateur des crédits de la paroisse des 9 étages et le patron de la société adjudicataire (SOGICCO) ?

Pour ces motifs, le Conseil presbytéral des 9 étages est allé dire, les yeux dans les yeux, au Conseil national et à son président Augustin Bouengone (lui aussi trempé dans les détournements d’argent comme Ndong Ekouaghe), de retirer son pasteur Ndong Ekouaghe des terres saintes des 9 étages, soit pour le nommer ailleurs, soit pour le laisser faire prospérer ses affaires. La réponse, pour ne pas dire la décision du pasteur président Augustin Bouengone est très attendu pour un retour à la quiétude au Foyer protestant des 9 étages. Tic-tac. Tic-tac !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.