Input your search keywords and press Enter.

Pozzo Di Borgo : Un nouveau rebondissement qui étale le caractère mafieux du régime

Dans cette affaire de Pozzi Di Borgo, l’hôtel a d’abord été l’objet d’une saisie conservatoire à Paris sur requête du défunt Santullo, patron du groupe Santulllo connu pour avoir réalisé le pont sur la Banio (Mayumba), l’Ecole des officiers militaires de Mandilou (Ngounié) et les travaux de réparation du pont de Kango.

Santullo l’avait obtenu du tribunal de grande instance de Paris en 2015 au motif que la junte gabonaise lui devait une ardoise de 360 milliards de nos francs.
Cette fois-ci, ce même joyau hôtelier se retrouve visé par une nouvelle saisie judicaire du même hôtel. En effet, le groupe Kontinental, qui avait signé un contrat avec l’Etat gabonais pour la construction de 5 000 logements sociaux à Bikele, n’a jamais été payé par la junte comme arrêté de commun accord dans le contrat. Las de relancer le mauvais payeur, le groupe avait saisi la Cour d’arbitrage de La Haye qui avait condamné le Gabon. Le groupe réclame à Boa le paiement de la somme de 7 milliards de francs cfa en valeur nominale, soit le montant de la créance validée par la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye en 2016. Si l’opération est réalisée, le reliquat devrait, en théorie, revenir au Gabon, à moins d’être bloqué en attendant l’extinction d’autres contentieux, notamment celui opposant le Gabon à Guido Santullo.
Selon le confrère La lettre du continent, Fréderic Bérenger, qui est patron dudit groupe, a « a instruit ses avocats pour lancer la procédure [de mise aux enchères de l’hôtel Pozzo] début octobre. Celle-ci est rendue possible par deux nantissements réalisés sur les parts sociales de la Société civile immobilière des numéros 49 et 51, rue de l’Université (SCI), où se situe le luxueux bâtiment du début du XVIIIè siècle ».
Le goût de Boa pour l’argent, les plaisirs, le luxe et la mondanité est effréné. On se demande ce qu’il fait finalement de l’éthique musulmane qui conseille de se dépouiller pour suivre non pas les œuvres de la chair, mais le salut éternel. Et l’on ne cessera jamais de s’étonner qu’il ait commis autant d’impairs pour s’accrocher au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.