Input your search keywords and press Enter.

Tournée politique/Alexandre Barro Chambrier reçu en liesse en pays Kotas

La caravane politique du Rassemblement pour la patrie et la Modernité (RPM) dans l’hinterland, débutée le 18 août dernier par la province du Haut-Ogooué, au Sud-Est du Gabon, vient de franchir une nouvelle étape avec son entrée dans l’Ogooué Ivindo. Au menu des rencontres avec les Ogivins, établir un contrat de confiance pour parvenir à l’alternance et au changement, tels que souhaités et exprimés par les populations de cette région de notre pays.

Au moment où l’opinion nationale et internationale continuent de fustiger et de condamner les actes de vandalisme et antidémocratiques posés à Okondja, dans le Haut-Ogooué, que d’aucuns mettent en relation avec la tournée  altogovéenne  de ‘’l’invité indésirable’’,  Alexandre Barro Chambrier, ce dernier continue sereinement son périple de conscientisation et de séduction dans la sixième province du Gabon.

Au village Bakouaka, situé à quelques 157 kilomètres de Makokou, étape inaugurale de son périple ogivin, Barro Chambrier a été porté en triomphe par les populations locales. Le meilleur cadeau qu’il pouvait recevoir ce 25 août, jour de son anniversaire. Dans les échanges interactifs qui ont suivi cet accueil chaleureux, similaire à celui de Bakoumba ou de Leconi, quelques jours auparavant, l’ancien fonctionnaire du Fonds monétaire international (FMI), va mettre en lumière le bilan calamiteux des deux mandats d’Ali Bongo au sommet de l’Etat. Pour lui, il est temps qu’Ali Bongo cède sa place, au regard de l’immense dette de plus de 7000 milliards de francs Cfa qui n’a réellement pas servi aux gabonais. Par parvenir à cette alternance, Barro Chambrier propose un contrat de confiance à ces populations enclavées par une route non praticable en toute saison. « Plus que jamais Je suis venu vous dire que j’ai besoin de votre soutien mais je m’engage aussi, si votre soutien m’est acquis, à tout mettre en œuvre pour que nous puissions tourner ensemble cette page triste et sombre de notre histoire politique, économique, social et culturel  », a-t-il lancé.

Également dans les étapes suivantes des villages Matebe, Zakata, Yendjè, Mbela, Mohoba, Ekobakoba et Ntsiete, le message véhiculé par Chambrier et sa suite politique à reçu l’adhésion des populations qui y vivent. Difficile d’ailleurs d’en être autrement dans ces bourgades où la seule évocation du mot développement semble être à lui seul un luxe. Dans ces différentes localités, les difficultés liées à la mauvaise gestion du pays par le système Bongo-PDG depuis plus de cinquante ans sont légions. Les rares structures sanitaires qu’on peut y trouver restent incomplètes, manque de matériels didactiques dans les écoles, une jeunesse sans emplois et abandonnée à elle-même, sans oublier le conflit homme-faune, dont les dirigeants actuels sont incapables de trouver des solutions pérennes.

Au quartier Mbolo, où Chambrier et sa délégation ont entamé les causeries dans la commune de Makokou, l’engouement était palpable. Toutefois, il a exhorté les populations à s’armer de détermination et surtout d’engagement véritable pour ne laisser aucune chance au PDG lors de la prochaine élection présidentielle de 2023. « Pourquoi vous vendez sept ans de votre vie pour un carton de dindons ? », s’est interrogé l’honorable Edgard Owono Ndong, 3ème Vice-président du RPM, faisant allusion à ceux-là qui disent vouloir le changement et qui facilement brade leur vote contre quelques biens éphémères, compromettant ainsi leur propre avenir et celui de leurs progénitures.

Pendant cinq jours, le RPM et son président sillonneront encore la province de l’Ogooué Ivindo pour passer leur message portant sur la nécessité de l’alternance au sommet de l’État pour redonner de l’espoir aux Gabonais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.