Input your search keywords and press Enter.

CNOU : Le Synoug et le Satoug dénoncent des dysfonctionnements dans la gestion de cette administration

Le syndicat national des agents des œuvres universitaires du Gabon (SYNOUG) et le syndicat des agents techniques et ouvriers des œuvres universitaires du Gabon (SATOUG), tous les deux affiliés au centre national des œuvres universitaires (CNOU), annoncent un mouvement d’humeur pour ce vendredi 19 juin 2020. Un mécontentement qui découle de plusieurs dysfonctionnements qu’ils disent avoir constatés dans la gestion de leur administration par la direction générale.

Bien que ne pouvant faire grève de manière classique pour des raisons liées à la pandémie de la Covid-19, les adhérents du syndicat national des agents des œuvres universitaires du Gabon (SYNOUG) et ceux du syndicat des agents techniques et ouvriers des œuvres universitaires du Gabon (SATOUG) ont tenu à manifester leur mécontentement à la direction générale du centre national des œuvres universitaires (CNOU), à travers un mouvement d’humeur, sans attroupement physique mais par une pose massive de banderoles et affiches sur tous les sites des œuvres universitaires, dès ce vendredi 19 juin 2020. Raisons évoquées pour justifier ce débrayage, des dysfonctionnements tant sur le plan de l’organisation que du fonctionnement de cette entité universitaire.

Les syndicats représentés par Felix Edande Ekore et Pierre Nzomo dénoncent ainsi le mépris que la direction générale du Cnou affiche à leur égard et qui est caractérisé par un manque de dialogue, et aussi une gestion qu’ils jugent peu orthodoxe. C’est ce manque d’échanges qui selon les syndicalistes les a amenés à s’exprimer à travers les banderoles et autres supports d’affichage. On peut ainsi y lire : ‘’justifiez les dépenses trop c’est trop, pourquoi les étudiants ne mangent-ils pas depuis octobre 2019 ? Ou encore, ramenez tout le matériel (voitures, chaises, télévisions…)’’

Si ces deux syndicats dénoncent par là des travers constatés dans la gestion financière et patrimoniale du Cnou, ils appellent surtout à la tenue du conseil d’administration qui devrait mettre en lumière cette gestion. En effet, la loi 17/2004 du 6 janvier 2005 dispose en son article 5(nouveau) que le conseil d’administration est l’organe délibérant du Cnou. En son article 6-2 (nouveau), entre autres attributions, ce conseil d’administration examine et adopte le rapport d’activités, il arrête le projet de budget et de répartition de crédits, il se prononce sur l’exécution du budget, arrête les comptes et en assure le contrôle, il donne quitus au rapport annuel du directeur général, il approuve les demandes de création ou de suppression de postes de travail formulées par la direction générale, etc. D’autres textes disent que la présidence dudit conseil d’administration est assurée par le ministre en charge de l’enseignement supérieur.

En lisant sur une des banderoles des syndicalistes, ‘’ la tenue du conseil d’administration ou rien, trop c’est trop !!!’’ et la difficulté visible chez nos décideurs à rabibocher l’année académique 2019-2020 en cours, gravement perturbée par la pandémie de la Covid-19, il semble urgent que Dieu-Donné Moukagni Iwangou convoque cette réunion du conseil d’administration afin de ramener la sérénité du côté des partenaires sociaux, d’une part, et de faire la lumière sur la gestion de la direction générale, d’autre part. Une gestion qu’on a dû arrimer les œuvres universitaires aux trois mois de fermeture de nos universités et grandes écoles.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.